Bonjour à tous chers amateurs ! Je viens vous annoncer que la deadline pour « Abysses et Servitude » est repoussée jusqu’à nouvel ordre. Je suis encore en attente de subventions pour m’aider à publier les prochains numéros. Je laisse donc l’AT « A&S » ouvert jusqu’à nouvel ordre.
Pour ceux qui ont déjà laissé leur texte dans la boîte mail de Nocturne, il vous sera possible de le demander et de le récupérer afin de le peaufiner si vous sentez la perfectibilité de ce dernier. Veuillez noter que vous devriez alors porter un soin particulier au nom de votre fichier et de le renommer en « version2 » lors du nouvel envoi.

Pour me contacter une seule adresse : nocturnefanzine.sm@gmail.com

Merci et désolé pour tout ça.

Publicités
Lire la suite

Deadline « Abysses et Servitude ».

Attention chers auteurs ! Il ne vous reste plus qu’un jour pour nous envoyer vos textes à nocturnefanzine.ats@gmail.com et répondre à l’AT « Abysses et Servitude » ! La deadline se termine le 29 Février à 0h00 heure Montréalaise ! Une aubaine pour nos chers auteurs de France qui auront de se fait le décalage horaire comme allié !


Lancement de « Toiles et Démence » à Montréal !

Bonjour à tous,

Pour tous les amateurs de Nocturne, CE, qui habitent à Montréal même ou alentour, n’oubliez pas le lancement du deuxième numéro « Toiles et Démence » Samedi 18 Février à partir de 17h au Saint Bock, situé au 1749, rue Saint-Denis. Ambiance festive et conviviale assurée au côté du collectif Brins d’Éternité, qui nous a fait le plaisir de nous offrir une chope à leur table !

Qui plus est, Jonathan Reynolds sera aussi de la partie pour vous parler de « Jungleries » et, pourra apposer sa diabolique griffe pour ceux qui veulent authentifier leur numéro !

Amateur de frissons je vous donne rendez-vous !


Couverture « Griffes et Décrépitude ».

Voici la sublime couverture du numéro 3 de Nocturne, les charmes de l’effroi !!

 


Book en Stock critique « Toiles et Démence ».

TOILES ET DÉMENCE
 » Lorsque dix plumes engendrent le fléau… »
1) JUNGLERIES de Jonathan Reynolds
Marvin est un cabossé de la vie, mal dans sa peau, mal dans sa vie, rejeté de partout. Plus rien ne lui sourit et sa seule famille, son père est mort il y a peu d’un cancer. Il décide donc d’en finir, il a le flingue pour. Mais avant de passer à l’acte il veut s’amuser une dernière fois, comme quand il était petit, dans ce parc d’attractions familial Jungleries.
Sauf que, on ne veut pas le laisser entrer sans enfants ! Là Marvin pète un câble et entre par la force grâce à son revolver. Marvin veut jouer comme avant, sauf que tout est trop petit, il est trop grand, trop gros. Il n’est pas à sa place dans ce tableau. Alors il va créer son propre tableau, sa jungle à lui….à coup de pétard.
C’est trash, c’est dément, et Marvin rit…
Et Marvin a gardé la dernière balle pour lui.
Petite note : c’est un fanzine franco-québécois. Et c’est un délice de tomber sur des expressions qui en les lisant, sonnent avec l’accent québécois.
Ex : Y en as-tu des malades dans le monde, non ? :))
2) DE L’IMPORTANCE DU MODÈLE de Samia Dalha
Peintre dénigré, raté, en permanence rabaissé par sa vieille mère acariâtre chez qui il vit encore, Thomas Devereaux à 38 ans. Mais il a trouvé l’inspiration, tout est dans le modèle. Il faut qu’elle soit belle, jeune et sage… comme le sont les dames de compagnie qui se succèdent auprès de sa mère.
Cette nouvelle et sa chute, à la limite du fameux Psychose est tout simplement énorme ! A lire absolument !
3) LE RETABLE D’AR’MAGRAA de Marc Oreggia
Rien ne va plus dans la région de Rousselune. Tous les habitants semblent envoûtés, déboussolés depuis qu’un étrange tableau est apparu dans la chapelle, enchâssé dans un immense retable. Le Grand Conseil du Palabre va dépêcher le magicien grand Cabraal de démêler cette affaire…
Nouvelle déjantée et pleine d’humour, dont la structure comme l’imagination m’a beaucoup plu, malgré une chute euh, typiquement « nouvellique » ! 🙂
4) LE BOURREAU DE BARTIMÉE de Stéphane-Paul Prat
Bartimée est un châtelain, royaliste en Vendée à l’époque de la guerre des chouans. Mais il est aussi artiste peintre à ses heures. En quelques pages on revisite l’Histoire de cet affrontement sanglant entre royalistes et républicains, oui, une époque de démence.
Une nouvelle qui se savoure, teintée de fantastique, de surnaturel, et même si la fin est prévisible, elle se dévore comme une gourmandise.
5) CÉLÉBRITÉ EXPRESS de David Baquaise
Un jeune peintre qui attend la célébrité qui ne vient pas. Qu’à cela ne tienne, il va la provoquer car comme chacun sait, la célébrité à titre posthume marche mieux…Il va faire une ultime toile et « disparaître » tragiquement le jour de l’achèvement de cette dernière.
Un autre homme, magasinier, est obsédé par cette toile qui représente pour lui toute la vie qu’il aurait pu avoir s’il n’avait pas été aussi lâche devant ses responsabilités.
Mais que fait ce revolver au premier plan du tableau qui semble les attirer tous les deux…
6) ACCOUCHEMENT FUNESTE de Hubert Vittoz
Celle là, j’ai adoré ! La vengeance d’un peintre sur celle qu’il a aimé et qui l’a rejeté : « peintre raté ! »
Peintre raté ? Elle va voir ce qu’elle va voir Eléanore ! Eléanore ? Eléane-plomb oui ! Elé-âne-plomb, Eh-laid âne-plomb.
Il part dans un délire jubilatoire de création afin d’enlaidir la belle, et la chute, je vous laisse la découvrir !
Énorme !  Ma préférée je crois.
7) LES SENTINELLES DE TEGENARIA de Julie Conseil
Tegenaria est une sorte de centre de détention psychiatrique. On y parachute les détenus estimés déments.
Dans cette nouvelle il est question d’un autre type de toiles… des toiles d’animaux velues à huit pattes. Mais d’une taille supérieure à celle d’un humain sinon ce ne serait pas drôle ! Ce sont les gardiennes, elles sont à l’extérieur et veulent rentrer…
Cette nouvelle est… euh, glurp. Frissons garantis pour les arachnophobes !
8) HERE I STAND AND FACE THE RAIN de Frédéric Gaillard
Quelle imagination ! Un homme de 1893, pris au piège par son ami peintre, transformé en être à deux dimensions dans une toile. Il a vécu plus d’un siècle enfermé sous le vernis, exposé dans un musée à voir défiler des visiteurs sourds à ses cris de détresse. Cent ans plus tard, une nuit, une brèche dans le vernis lui permet de s’échapper. Et c’est un être de peinture qui va déambuler dans sa ville un siècle après… trop fort !
9) LE DERNIER CINÉMA SUR LA GAUCHE de Nicolas Handfield
Et si on allait se faire une toile ? Oui mais, le dernier cinéma sur la gauche, ce n’est pas un cinéma pour draguer, ou juste passer une heure ou deux. Ici on honore le Dieu Cinéma comme il se doit…
Nouvelle spèc, très spèc, gore, très gore…mais c’est bien trouvé, j’ai adoré.
10) LA MYGALE AMOUREUSE de Elsa Bouet
Ah, je me disais aussi ! La plupart des auteurs ayant répondu à l’ AT : Toiles et Démence ( At = Appel à Texte…je fais la pro hein ? mdr, merci MM ), ont joué sur la toile = tableau.
Une sur la toile d’araignée
Un sur une toile = film
Et la toile du web alors ???
Et bien elle a été réservée pour la fin ! Et quelle fin ! Les prédateurs du web…
Non, je n’en dirai pas plus, z’avez qu’à lire ce fanzine de ouf.

En conclusion, je vais faire mon méa-culpa :

– J’ai soutenu haut et fort que je n’aimais pas la SF…Thomas Geha a réussi à me prouver le contraire !
– J’ai soutenu que le genre « nouvelles » n’était pas ma tasse de thé… et bien ce fanzine Nocturne vient de me prouver le contraire. J’ai A-DO-RÉ !!!

Je remercie chaleureusement Auddrel pour ce partenariat et je signe avec enthousiasme pour le suivant.


Au sommaire de « Griffes et Décrépitude ».

Nicolas Cluzeau avec »Éveil« .

Marc Oreggia avec « Repas Froid« .

Frédéric Gaillard avec « Le Diable et la Diva« .

Alice Ray avec « Elle« .

Emmanuelle d’Arzon avec « La Valse du Chat« .

Guillaume Lemaître avec « A vif« .

Aurélie Wellenstein avec « Blandine et les jags« .

Julien Noël avec « La nuit du Sabbat« .

Michaël Moslonka avec son essai « Le droit à la torture« .


Nocturne, CE / Présentation.

Nocturne, CE c’est : un « directeur » artistique, graphique, littéraire qui est aussi « rédac chef » et réviseur français vivant à Montréal. Une illustratrice de couverture Suissesse. Un imprimeur en Allemagne. Une distribution franco-canadienne. Des auteurs, français, belges, et canadiens. Et des soutiens de toutes parts !
Vive l’international !


Arrêt sur le texte « Entoilé dans la Démence » in Toiles et Démence

Book en Stock fait un arrêt sur le texte de Michaël Moslonka, notre penseur machiavélique. Et oui, il n’y a pas que des textes d’horreur sur la revue Nocturne, CE, on peut aussi se cultiver ! http://bookenstock.blogspot.com/2011/12/entoile-dans-la-demence-de-michael.html


Nocturne s’invite à la librairie l’Antre Monde à Paris !

Enfin Nocturne, CE a trouvé de nouveaux compagnons avec lesquels ils va pouvoir discuter !!

Librairie l'Antre-Monde à Paris.

La librairie l’Antre-Monde se situe au 142, rue du chemin vert, 75011 Paris, France.

 

Un panier entre vos mains, un peu d’argent dans vos poches et vous serez paré pour pénétrer l’Antre-Monde !

Vous pouvez aussi visiter leur site via : http://www.antremonde.com/


Portrait et Fantastique.

Est un texte, une rédaction littéraire voire même un essai qui n’aborde pas directement l’horreur en tant que tel, mais qui s’inscrit quand même directement dans une étude du fantastique et de ses effets dérangeants. Cet article a pour but d’accompagner le thème de « Toiles et Démence » puisque l’auteur étudie ici la question du portrait dans la littérature fantastique à l’aide de trois auteurs (Poe, Gogol et Wilde).

Vous pouvez voir sa page ici : https://nocturnecde.wordpress.com/portrait-et-fantastique/